Plaisir taramesque

Publié le par Olga

Ce soir, je suis rentrée et j'étais heureuse. Chérinou a acheté du Tarama et du St Aigur sous forme liquide avec du bon pain frais. J'ai savouré l'instant présent mais à l'idée de penser que demain soir, ces deux boîtes seront vides, je suis un peu triste. J'en ai fait part à Chouchou qui ne veut pas me voir dépitée et qui veut en racheter mais j'ai posé mon véto.

Si je savoure mon fromage et mon tarama, c'est parce que ça reste des mets d'exception. Où serait le plaisir si j'en avais en abondance à portée d'estomac?

Chéri est triste. Il m'a demandé si je n'étais plus aussi excitée par lui avant qu'on vive ensemble puisque j'ai sa saucisse à portée de bouche toutes les nuits. Comme je suis bien éduquée, je me suis exclamée que ça n'avait pas le même rapport... mais la vérité vraie c'est que ça n'a plus la même saveur.

Pourtant il est doué, pourtant il est musclé, pourtant mes voisines, mes amies tentent de me le rapter. C'est un beau gosse. Célibataire, j'étais très sexe bizarrement et là j'en sens moins l'utilité... de faire ce bidule qui si on y réfléchit est mécaniquement con comme bonjour (avant- arrière, avant - arière...). Ce que j'aime surtout dans mon couple (j'ai officiellement le droit de dire mon couple), c'est de savoir que le soir en rentrant je vais lui raconter mes non- histoires de bureau, je vais le laisser se moquer de mon addiction à Secret Story (parce que depuis lui, je n'ai plus de vie). Je peux même oublier mes clefs, il est là le soir quand je rentre et je suis sûre à 100% de sa fidélité- Il m'appelle tous les quarts d'heure. C'est peut- être cette certitude et cette routine rassurante qui joue sur ma libido. Les interactions sexuelles n'auraient- elles été qu'un alibi pour maintenir dans mes filets des hommes bien fluctuants?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MicheleM 22/07/2009 21:59

C'est moche ! Mais il me semble que la promiscuité de la vie de couple crée ce non besoin de se rapprocher l'un de l'autre car on est toujours fourrés ensemble...Il y a des avantages : on ne se retrouve pas coincée sur la pallier sans clé, on trouve du tarama en rentrant le soir... Mais la promiscuité n'est pas favorable au rapprochement des corps, la libido s'essouffle car on est comblés par la présence de l'autre.Je suppose qu'en habitant à Paris, vous devez avoir au moins un dix pièces qui vous permet à chacun de conserver une part d'intimité et votre jardin secret... Et en plus, il t'appelle souvent...Je ne pense pas que tu vas te perdre sur un quai de métro, le mieux serait de le lui expliquer et surtout de faire passer le message que trop parler au téléphone pendant la journée ne vous laisse plus beaucoup de sujets de conversation pour le soir...

Olga 23/07/2009 22:35


En fait, c'est moi qui lui demande de m'appeler! Lol Par contre, nous pensons démenager de Paris, de l'espaceeeee..............