Le téléfilm de Coco Chanel (mon avis et autres bonus)

Publié le par Olga

(Mon avis sur l'épisode 2 de Coco Chanel, cet après- midi....)




Attention: cet article va être très numéro 5 esprit de Chanel .







Voilà. J'ai regardé la première partie du téléfilm qui raconte à gros traits (en surfilage, hihihi) la vie de Coco Chanel. C'est passé très vite. Je ne me suis pas ennuyée pendant presque deux heures alors que je souffre d'attention chronique télévisuelle. A part Lily Rush de Cold case, C'est pas sorcier et certains docus et films d'Arte, j'ai dû mal à rester plus de trente minutes devant un écran sans zapper. Ce téléfilm traite plus de l'émancipation de la femme au travers de Coco. On n'en voudra donc pas au réalisateur de ne pas être détailliste. Voici un lien qui parle de l'émancipation de la meuf durant l'entre-deux- guerres et qui explique entre autres que Coco Chanel à libéré les femmes en mettant le jersey si souple et commode à la mode alors qu'il était à la base utilisé pour les slips des m'sieurs. VIVE LE JERSEY! (On me dit à gauche que c'est une fibre textile et à droit eon s'insurge que non, c'est une méthode de tissage,une façon de relier les boucles de fils entre elles, à vérifier donc)

Tout d'abord, les plans étaient plutôt en format cinématographique (mouvements, vue de dessus,  photographie lumineuse) et pas statiques comme pour les téléfilms en général. Ce qui m'a étonné, c'est que cette première partie s'attarde sur son année passée avec Etienne Balsan et sa vie de château. D'ailleurs Etienne, j'ai trouvé qu'il avait une voix à grimper aux rideaux: je vérifierais ce soir au générique si c'est Marc lavoine qui  double Etienne oh tiens la... (langue originale du film: english).

J'étais surprise qu'il n'y ait pas de scène de sexe  pas même en ombre chinoise comme dans Topgun, pas de baisers avec la langue non plus. Ce n'était peut- être pas une relation consommée?Rester un an avec un type qui a la voix de Marc Lavoine sans le caresser de partout, je n'ose y croire. Ce qui peut s'expliquer puisqu'il n'y avait pas de pilule à l'époque. Si il y a eu sexe, je suis curieuse de savoir comment les jeunes filles se protégeaient des M.S.T et du risque de tomber enceinte: capote en boyau de mouton, partenaire qui  se retire avant éjection de sa semence, préliminaires uniquement... S'attarder sur son séjour bucolique nous permet de voir qu'elle n'a pas eu peur de choquer en portant des pantalons de jockeys et qu'à l'époque, le port de ce vêtement  équivalait de nos jours  à se balader vêtu d' un  string et d'un t-shirt .

La scène du tango par contre était vraiment too much. Etienne se rend compte que son meilleur ami Boy Capel désire sa copine Coco. Il entame un pas de deux endiablé avec Gabrielle Chanel qui se retrouve dans les bras de Boy Capel puis la fenêtre s'ouvre en coup de vent et éteint la bougie. Etienne flippe et se demande si les zozos n'en profite pas pour se faire des bisous dans le noir. Il se demande si un jour on inventera l'éléctricité. Quand il appelle Coco, ils avancent chacun d'un coin opposé de la pièce vers un Etienne inquiet et jaloux ,  illuminés par la lune . Ce qui m'a géné dans cette scène en plus de son côté romantico- kitshissime, c'est la musique de tango qui m'a semblé trop moderne donc anachronique. Ce n'était pas du Gotan project
mais j'ai crû entendre une basse éléctrique. De plus, la musique qui provenait d'un grammophone ne pouvait pas être aussi nette, mais nécessitait le grésillement typique. J'ai entendu du son MP3 hier, anachronisme, anachronisme!)


Voici un grammophone avec un Carlos et une Sylvie dessus année 1967. Ce genre de musique  aurait- été lui aussi anachronique dans le film  puisque Coco avait déjà une trentaine d'années au moment de la diffusion du Fox- trot.




Sinon, il était amusant de s'imaginer qu'à l'époque pas si lointaine, à peine plus de cent ans en arrière, la voiture n'était pas commune. Alors que son chéri Etienne déconseille à Coco Chanel de prendre des leçons de conduite sur cet engin indomptable, elle n'hésite pas à monter au côté de Boy Capel (qui ressemble beaucoup à Sébastien Folin, notre monsieur météo)et arrive à démarrer, accélerer et rouler. Au bout de quelques kilomètres, ils finissent dans un arbre. La voiture de Boy  est bousillée mais il est sympa et plein aux as "c'est pas grave, ça se répare". Et autre truc qui m'a paru bizarre, c'est qu'ils doivent rentrer à pied, on entend le tonnerre gronder et Sébastien Folin, heu, Boy Capel, je veux dire,  ouvre son parapluie. Mes leçons de scoutisme sont loin derrière moi mais il me semble que c'est pas très judicieux, le bout en métal attirant la foudre. A moins que, ah oui, je viens de comprendre: le réalisateur a voulu symboliser le coup de foudre  Coco- Boy!


Je pensais que ce film serait un peu plus technique. J'aurais aimé savoir pourquoi elle fabrique des chapeaux en paille à la Mary Poppins plutôt que dans une autre matière.

Pour synthétiser, ce film était du style  Harlequin, une jolie bluette. J''espère que la deuxième partie de ce soir sera plus tonique et informative .
J'aimerais aussi voir l'inter-réaction avec les autres couturiers de l'époque. On a déjà eu un aperçu hier avec le grand créateur Poiret (celui qui avait un chapeau d'Ali Baba au champ de course et qui se moquait de son chapeau de paille fichée sur sa tête) et dont elle deviendra la principale rivale.

De toute façon, ce biopic  ne nous permettra pas de connaître tous les secrets de Chanel mais peut nous donner le goût de faire des recherches sur son histoire. Ce ne sera pas facile puisque pas très fière de ses origines, elle aurait beaucoup fabuler sur son passé racontant que son père aurait fait fortune aux États- Unis . Je vous laisse lire la biographie la plus intéressante que j'ai trouvé sur le net, ici. Ce qu'on peut souligner c'est qu'à l'instar d'autres grands créateurs, elle eut une enfance douloureuse et n'était pas née la bouche dans une cuillère (ou une cuillère dans la bouche? J'ai un trou, dis donc!)

Et dans cette première interview télévisée de Coco Chanel, vous vous rendrez compte que l'expression "avoir du caractère" n'est pas un doux euphémisme dans son cas. Elle me fait un peu penser à Bernadette Chirac d'ailleurs.





Attendez vous à une tonne de bouquins relatant la vie de Coco sous peu . Tout le monde ira de son laïus comme pour Mesrine, coco par sa femme de chambre, coco vue par par sa concierge, les lettres d'amours  secrètes de Coco, Parlons Coco, Coco après Coco, Allo maman  Coco, Parce que c'est toujours comme ça, quand un biopic sort en salle et là il y en aura 2 au printemps Coco avant Chanel et Coco Chanel et Igor Stravinsky(et peut- être encore un autre de Danièle Thompson mais là j'aurais saturé avant). Moi, j'applaudis parce que c'est la crise en ce moment pour la maison Chanel et si cette pub gratuite peut les aider, c'est tant mieux. Voir article ici.
Ce qui serait vraiment bien, je dirais même élégant , c'est de porter une tenue Chanel en regarder le ou les films.
Laquelle tenue choisirez- vous? Il est tellement doué ce Karl Lagerfeld ach so! Voir le défilé printemps été femme ici madame. Pour ma part, je me ferais tricoter cette charmante robe en maille façon Coco par ma Mamie. Par contre, le chapeau à tulle, non. Je vais me fabriquer un chapeau à paille façon Mary Poppins comme dans le téléfilm. J'en ai plein dans ma grange, du foin.

*****Je viens d'apprendre que Ted Lapidus est mort hier à 14H30, on en parle ici et là. J'imagine qu'en plus des bouquins sur Coco Chanel, nous aurons une fourguée de rétrospectives de Ted. ca va être très haute- couture à la Fnac!****



Pour les jeunes hommes qui seraient tombés sur cette page en tapant cocoboy et qui n'en ont rien à fichtre de la mode, voilà un cadeau de fin d'année. On pensait que notre époque actuelle était dévergondée, c'était pire dans les années 80, mon coco. Je me rappelle que mon frère faisait l'école buissonnière pour ne pas rater la playmate du collaroshow!





Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article