Xavier, le plus pimpant des pin-pons

Publié le par Olga

 

 

    Où je me pose la question de savoir pourquoi les hommes adorent coucher avec moi mais préférent finir la nuit dans leur couche


 

 



Encore une histoire qui capote

   Notre première relation sexuelle avec Xavier fut formidable, explosive, bestiale, fougueuse, passionnée. J'avais donné le meilleur de moi-même.Vidé, il s'assit sur le rebord de la fenêtre préalablement ouverte pour s'en griller une  et moi bien au chaud sous mon duvet, je décalquais avec des pupilles transies d'amour la forme de ses fesses, ses biceps, ses pectoraux. J'avais hâte qu'il vienne au lit et qu'on s'endorme lovés l'un contre l'autre. Mais il remit son slip bleu. Comme je suis de nature optimiste, j'imaginais que c'était par souci d'hygiène afin  de ne pas répandre ces nombreux  poils dans mon lit. Quand il enfila son jean tout en papotant gaiement, je compris ma naïveté. Il n'allait pas rester... comme  les autres, la besogne faite, il s'enfuyait.  Je voyais l'histoire cruelle de ma vie  sentimentale se répéter à l'infini. Pas la peine de lui indiquer la sortie de secours, c' est juste en face du lit entre la kitchenette et la micro-salle de bain... peut pas se tromper. Encore une fois, je m'endormirais seule et le lendemain, je me demanderais si je n'ai pas fait un rêve érotique  avec un homme imaginaire, jusqu' à que ce que mon regard  s'échoue sur la preuve que non: un condom fatigué à la gorge nouée contenant une partie de lui à moitié asséchée, ultime offrande. Encore une histoire qui va droit à la poubelle . Encore une histoire qui capote, tel semble être ma destinée.


 

 

 

J'aurais voulu te garder...


 Maintenant , Xavier laçait ses chaussures. Chaque nouvelle pièce de vêtement  mise était un signal qui marquait un peu plus l'imminence de son départ. Bientôt, il bouclera sa ceinture et la boucle sera bouclée. Dommage, j'aurais voulu te garder, te choyer, qu'on aille au moins une fois au cinoche ensemble, que tu te serres contre moi quand tu as un gros chagrin. Une larme  puis deux puis trois coulèrent sur mes joues. Je tiens à préciser que biologiquement je subissais une forte chute hormonale . Mes règles allaient débarquer dans trois jours, cela  explique mon raz-de- marée émotionnel, mon manque de self- control. Je ne pus feindre comme de coutume le désintérêt, la désinvolture. Mes larmes coulèrent à flot et je ne pouvais rien y faire. Il comprit ma douleur.
 _Essaye de comprendre, je préfére dormir chez moi. Ca me fait toujours bizarre de passer la nuit chez une inconnue.
 _Une inconnue! On se connait depuis deux jours quand même!
_Demain, je dois me lever tôt. La prochaine fois, je te promets. On dort ensemble!
Je m'abstins de lui dire que je n'y croyais pas. Depuis quand les mecs tiennent leurs promesses?
A cette époque je ne savais pas qu'il était pompier (il me l'avait omis pour une raison que j'expliquerais plus tard) et qu'il était de garde le lendemain à 7h. A ce moment- là, je pensais ne plus jamais le revoir et devoir me contenter d'un one- shot: un homme, un coup. Je pris enfin le dessus :
_ Non, va pas t'imaginer que je pleure à cause de toi. Je peux tout à fait  dissocier le sexe des sentiments. Je suis une femme du troisième siècle! C'est autre chose qui me chagrine.
Il me prit la tête entre ses mains pour me réconforter. Je devais vraiment lui faire pitié:
_ Tu peux tout me dire, Olga!
Il fallait voir cette explosion de tendresse dans ses yeux. Il insista pour m'aider:
_ Dis- moi, Olga! Je vois que tu es pas bien. C'est quoi ton problème!
_ Mais j'ai pas de problème!
_ Alors pourquoi tu pleures?
Je pourrais lui dire la vérité, tout simplement. "Je pleure par orgueil parce que tu pars après l'amour comme si je ne te méritais pas assez pour que tu restes jusqu'au petit- déjeuner". Ca sortait pas. Si il avait la lâcheté de m'abandonner aussi vite après tout le mal que je me suis donnée pour être bombesque au lit, j'étais trop lâche pour lui dire ce que je pensais. Je ne voulais pas qu'il s'imagine que je l'aime ou un truc ridicule de ce style. Parce que oui, mon coeur battait pour lui et lui révéler mes sentiments seraient le perdre pour toujours. Je sais, c'est insensé mais c'est comme ça. Comme dit la chanson:" N'avoue jamais, jamais, jamais, n'avoue jamais que tu l'aimes".
_ Alors pourquoi tu pleures?
_ A cause de ...
_ A cause de quoi?
Mais c'est un interrogatoire ou quoi.?Au moins les autres ils se barrent et ils  font pas chier.
_ A cause de ton slip bleu, voilà t'es content!
Il rougit.
_ Tu préféres les caleçons?
_Xavier, tu vois la porte en face, elle t'attend. Surtout, noublie pas d'éteindre la lumière, moi aussi je dois me lever tôt demain!
 Je cacha ma tête sous le duvet. J'entendis les froissements de son blouson, suivis de quatre pas lourds et d'un claquement de porte. Voilà c'est fini, on va pas se dire au revoir comme sur le quai d'une gare. C'est fini. C'est fini, c'est fini.

  J'alluma la lampe de chevet.Ca y est, j'avais encore tout fait capoter . De rage,  je pris le condom au pied du lit et voulut marquer un panier en le propulsant au centre de la poubelle. Je manqua ma cible, il atterrit à côté dans un splash retentissant. Le con, il ne  l'avait pas noué! Pas grave, de toute façon, il fallait que je recrépisse le mur en blanc.


 


 


Beau comme un Dieu...

Je n'arrivais pas à m'endormir. J'eus la mauvaise idée d'allumer la radio. Patricia Kaas acheva de me détruire:
"les hommes qui passent maman, qu'est ce que j'aimerais en voler un pour un mois pour un an, les hommes qui passent maman ne font jamais rien que de me donner de l'argent."
 De quoi, elle se plaint celle- là.! Moi, je lui ai rien coûté et j'ai même insisté pour payer ma part au resto au nom de l'égalité des sexes. D'accord, il a payé son abonnement Meetic, mais vu les tarifs des call- girls (200e/ heure), il a bien amorti son apport initial de 30 euros et des brouettes.

Je m'égare et je me rends compte de mon hypocrisie. C'est vraiment un bon coup. Il est beau comme un Dieu. Des milliers de femmes payeraient pour cet étalon. Allons bon! Voilà que maintenant  c'est moi qui lui devrais de l'argent?

La question n'est pas là, elle est ailleurs:
"Qu'est-ce qui fait courir les hommes après l'amour?"








                    par-ici-la-sortie.JPG
  un homme qui court après l'amour



Publié dans meetic story

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Danny 15/01/2008 20:36

Couche toujours ;)

Xav 13/01/2008 12:17

Si tu étais aussi marrante dans la vie que dans ton blog, je serais (peut-être resté avec toi). Mais y'a peut -être moyen de s'arranger!

Charlotte 10/01/2008 14:02

Il a insisté, insisté, j'ai donné l'adresse de ce blog à XAV. J'éspère que j'ai pas fait une boulette. OOOPS! I did it again!

Charlotte 07/01/2008 22:36

Puisque j'ai toujours Xavier sur mon msn (et je l'avais d'ailleurs en première mais une me l'a piquée), j'ai des news de lui. Il va bien et quand je lui demande de me dire ce qu'il s'est passé entre toi et lui. Il dit qu'il ne connait pas dOlga

Olga 10/01/2008 13:53

Est-ce que toi tu t'appelles Charlotte dans la vraie vie? Non! Et bien moi, c'est pareil...

Regine 06/01/2008 19:15

La semaine dernière, pour la première fois en quarante ans de vie sexuelle un homme charmant a bien voulu rester dormir et il squatte chez moi depuis une semaine. Faites comme moi, sortez avec un SDF!