Meetic boboy (partie 5 et fin)

Publié le par Olga


Applemac, je n'avais pas l'intention de l'aimer


Je vais résumer avec Applemac parce que je suis avec quelqu'un d'autre maintenant et je suis raide dingue de mon Xavier, le plus beau pompier de Paris, un corps de rêve et une seule devise: courage et dévouement. Un mec avec des vrais valeurs.Merci Meetic! Cette fois- ci, c'est le bon. C'est l'homme de ma vie.

Je t'aime Xavier, je t'aime Xavier, je t'aime. Je veux t'épouser, que tu sois le père de mes cinq enfants.

Alors donc Applemac,  l'année dernière, il m'avait prévenu. Il voulait rien de sérieux et il couchait en intermittence avec deux autres filles.Mis à part ça, on rigolait beaucoup au téléphone. Il a un don pour jouer avec les mots. Par rapport aux autres, il parlait très peu de sexe finalement.

  Je n'avais pas l'intention de l'aimer. Juste coucher pour passer le temps et le plaquer après. Rien de bien méchant. Quand on s'est rejoint à la Bastille (c'est mon lieu fétiche pour les premières rencontres Meetic), j'étais choquée. J'ai dû froncer des sourcils car il m'a balancé:

_ Je t'avais prévenu que j'étais pas un géant. Je mesure 1m60.

_ Non, c'est pas ça. Je te voyais plus petit.

On a éclaté de rire et on est allé boire un verre. Sur le chemin, il arrêtait pas de faire le pitre. Il voyait une vieille dame:

_" Hé mémé, c'est moi ton petit- fils René, tu te rappelles pas?". A un inconnu: "hé Philou, ça faisait longtemps dis-donc, t'as pas changé dis!"

On est rentré dans le bar. Au fond, il y avait toute une tablée de filles.

_ On se met pas à côté d'elles, ça va me déconcentrer.Frimait- il.

Alors, on est allé à une petite table plus loin. Mais c'était vraiment une mini, mini table.Je me suis levée:

_ Viens, on va à la table là-bas (celle à côté des filles).

Une fois assis, il a oublié les nanas et il m'a regardé intrigué. Parce que je m'en foutais des filles à côté, je ne me sentais pas en concurrence.


J'ai scruté son visage, son visage parfait. On a discuté. Je parlais pas trop. Il y avait un écran derrière lui avec des clips de MTV. Je le matais plus lui mais les couleurs flashy, les déhanchés de Beyoncé, Shakira et autres Pop stars.Il faut jamais me mettre devant des clips, ça m'absorbe.Je commençais un peu à m'emmerder. Applemac le clown quitta la scène et fit place à Applemac l'homme sérieux. Il me regardait regarder les clips sans ciller et je l'ai regardé me regarder sans ciller, sans sourire.

_ Olga,...Ca me rappelle une fille de la fac.

   J'ai souri. Je vais le faire languir un peu. Il va sûrement me demander si c'est moi Olga de la fac. Je lui expliquerai New- York, l'émission, tout le tralala. On rigolera et j'en profiterai pour lui demander où il a choppé ces 15cm de hauteur, si il a des nouvelles de Solène, Franck et de toutes les autres.

_Putain, je me rappelle de cette fille de la fac: Olga!

Je pensais en mon for intérieur: il va dire qu'Olga était intelligente, trop sérieuse, sympa mais trop sérieuse.C'est sûr, il a deviné qu'Olga de la fac et l'Olga qu'il a en face, c'est la même. Il joue avec les mots.Petit malin!

_Olga. Il se met à rire si fort. Mes potes et moi, on l'appelait Olga la crapaude, miss Laideron.Elle faisait vraiment peur à voir.

Je crois que là j'ai pâli parce qu'il s'est inquiété:

_ Ma belle, tranquille, je parle pas de toi. Je parle d'une fille moche de la fac qui s'appelle comme toi. Je te rassure, vous avez rien en commun.

 

J'ai éclaté en sanglots pour Olga la crapaude, pour celle que j'étais. Cette olga là, c'est un morceau de moi. J'étais incapable de la défendre, ma petite Olga, ma petite moi. Je suis partie , le coeur bousillé.

Ca tombait bien, il pleuvait. La météo était raccord avec ma vie.

Il a fallu que ce con me rattrape en moto.

_ C'est toi?

_C'est qui toi? criais-je, pas parce que je voulais crier à la base mais pour qu'il m'entende à cause de son pot d'échappement qui pétaradait. Allez dégage! T'as grandi de corps mais pas dans ta tête!

Il a sourit. Comme il se tenait à ma hauteur et qu'il devait rouler tout doucement, il vacillait un peu avec sa moto, ou alors c'est parce qu'il s'époumonnait de rire que la moto tenait pas droite. Je sais pas.

_ Ouhlala, c'est toi Olga? Mais t'es une bombe maintenant!

_ DEGAGE!

_Je te rappelle plus tard. Je vais plus te lâcher.

Il a mis son casque et il est parti.Vroum vroum dans la nuit de Paris. J'ai arrêté de pleurer. J'étais fatiguée à cause des sanglots qui font tourner la tête.

Il a appelé plein de fois. J'ai accepté de répondre au bout d'une semaine. Parce que j'avais besoin d'une présence autre qu'amicale, autre que mon téléviseur.Ca m'excitait qu'il m'appelle, qu'il insiste pour me voir, pour se faire pardonner.Il m'a invité chez lui.

J'ai pris le RER. C'est fou comme la banlieue parisienne n'a rien à voir avec Paris; on devrait dire la banlieue francilienne. A une heure de la capitale, on trouve des petites villes herbeuses et tranquilles.Il faisait mauvais et c'était super agréable de prendre un thé avec lui dans son petit chez lui avec son chien Micky qui dormait à mes pieds.

Il peut remercier son chien. Sa présence bienfaisante a rompu la glace. Un gars qui a un toutou si doux ne peut pas être un vrai salaud.

En fait, Olga de la fac, si il pouvait pas se la sentir et qu'il la dépeignait plus moche qu'elle n'était réellement, et ben c'est parce qu'elle lui a piqué sa bourse d'échange universitaire avec New- York.

_ Mais, je t'ai jamais rien piqué. Je la méritais cette bourse. J'ai travaillé dur pour ça!

_ Moi j'ai risqué ma peau, Ma'mselle. J'ai couché, couché et couché. Tout ça pour quoi, hein?

Re-énorme éclat de rire.Il m'a embrassé. On rigolait encore. Après je rigolais plus. J'étais un peu sidérée, j'aimais ce baiser, sa langue humide dans ma bouche humide. J'ai ressenti des zébrures d'amour dans mes côtes. Je savais que je courrais à ma perte pure.

On s'est revu très souvent. Lui chez moi ou moi chez lui. On allait à des expos. Il m'a expliqué l'art de la photographie. Il m'a appris à voir des clichés d'une autre manière. C'est son boulot , faut dire. J'ai accepté de faire des photos de nus en noir et blanc très soft. Je sentais mon clitoris se gorger de sang quand il tournait son objectif vers moi. Pour les prises de vues, il replaçait avec exactitude une mèche de mes cheveux sur l'oreiller. Ils nous arrivaient souvent de rire comme deux cas sociaux et de s'arrêter pile à nous yeuter, ses pupilles qui flinguaient mes pupilles. Alors là, pour casser la magie du moment, il me parlait d'une fille, d'un rendez- vous, ses filles- remparts contre l'amour, contre l'attachement de lui à moi, moi à lui. Deux semaines s'étaient écoulées et à force d'expos, de rires, d'histoires d'autres filles pour pas qu'on s'attache, on en avait oublié de passer au lit.

On a donc fixé une date et une une heure. Samedi 16h chez lui. Ca a duré longtemps et je me suis rhabillée à 21h, ça devenait donc craignos de prendre le RER à cette heure si tardive.

_Je vais dormir chez toi cette nuit.

J'ai dit ça froidement, je lui laissais pas le choix. C'était un ton froid, un ton sécuritaire. Je dormais chez lui mais attention, on s'attache pas.

Il m'a avoué que c'est la première fois depuis longtemps qu'il laissait dormir une fille chez lui. Les autres se contentaient de se faire prendre et se cassaient.

Les autres ont sûrement une voiture!

A 22h, on a sorti le chien, je me tenais à lui.

_ On dirait un couple de vieux tous les deux, un couple de vieux qui promène le chien.

Ma remarque l'a fait sourire. Je crois que ça lui a plu cette image de tous les deux vieux, unis, ridés et ensemble, sinon pourquoi ce sourire en coin? Il avait beau dire que le sexe était la seule chose qui l'interessait, il n'en parlait pas plus que ça. Contrairement aux autres, il ne m'a pas proposé de jouer à su- do-mi ni vanter les mérites d'une crème faciale 100% naturelle que j'aurais été folle de ne pas tester. Je reconnaissais là le type  qui se la jouait Casanova pour étouffer son Roméo intérieur. Il rêve d'amour mais il en a honte!

Le lendemain, on avait prévu une ballade dans la forêt. Il était tout bizarre avec moi, gêné, confus, amoureux. Puis il y avait ces photos de filles sur son écran d'ordi. C'est pas la première fois qu'il me faisait le coup" tiens, regarde toutes les belles filles que je me suis tapée". Même si j'en souffrais, je disais rien.

Je sais que c'est dû à un manque de confiance en lui. Ce matin, ce dernier matin chez lui, je me coiffais, je me préparais pour notre ballade. Je n'aurais pas du regarder l'écran. Au moment où j'ai regardé, il y avait deux seins de filles et sa main dessus. Et une autre son visage posé sur un pubis épilée à la brésilienne. Trop, c'en était trop!

 

Je me suis habillée et je suis partie sans rien dire en souriant. Feindre que tout va bien.Il était très étonné que je parte.Et la ballade?

Puis après à quoi bon me répéter, un silence radio de huit mois.Suite à son SMS d'Octobre, on s'est revus très récemment. Il mesurait 1m70. Il était très content de m'expliquer l'opération qui cette fois-ci ne lui avait laissé aucune cicatrice sur les jambes.Une méthode révolutionnaire: un vis externe. mais qu'est ce que j'en ai à foutre. Tant mieux pour toi. On s'est revu dans ce bar, celui de notre premier rendez- vous. Je t'ai dit de me dire adieu. Tu m'as juste répondu Bon Voyage!

Je suis sortie. Il pleuvait. J'ai marché jusqu'à la bouche de métro qui m'a aspiré avec tous ces gens comme si de rien n'était.

Publié dans meetic story

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mimi 06/01/2008 16:27

hello. J'étais au métro des halles hier et j'ai croisé un super beau gosse nain. Je me demande si c'était Applemac. Il était brun aux yeux verts

Chatt' 30/10/2007 15:42

J'aurais dû me le garder sous le coude. Si je t'avais pas dit qu'y avait un super canon sous le pseudo j******, tu connaîtrais même pas son existence. la prochaine fois, je ferme ma grande bouche. De toute façon, je suis certaine qu'il est moins beau en vrai quoique tu en dises hihihihi

Chatt' 25/10/2007 19:01

Salut, Ol'

J'éspère que quand tu parles de Xavier, tu parles pas de mon Xav', Hein OL'!!!!

Olga 27/10/2007 19:20

Comment ça ton Xavier? C'est moi qui sort avec lui pas toi. C'est pas parce que t'as chaté une ou deux fois avec lui sur MSN que tu sortais avec!!!